18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 22:06

Rudolf Nureyev is Rudolph Valentino

titre original "Valentino"
année de production 1977
réalisation Ken Russell
scénario Ken Russell
interprétation Rudolf Noureev, Leslie Caron, Seymour Cassel


La critique de Didier Koch

Le truculent Ken Russell était un cinéaste inclassable, sorte de trublion du cinéma anglais. Ses films, toujours surprenants, n’ont certes pas tous été des chefs-d’œuvre, notamment ses biographies de grands compositeurs classiques un peu boursouflées. En 1977, il s’attaque au mythe de Valentino, première star de l’écran mort en pleine gloire à l'âge de 31 ans en 1926. Valentino, le latin lover par excellence, a bâti son succès sur son regard de braise qui affola les spectatrices du monde entier au point que plusieurs femmes se suicidèrent à l’annonce de sa mort.

Mais le parcours météorique de Rudy (diminutif de Rudolph, son prénom) ne sera pas sans embûche, sa sexualité étant souvent mise en cause par la presse de l’époque. Accusé tout à la fois d’homosexualité et d’impuissance depuis que sa nuit de noces non consommée avec sa première femme, Jean Acker, était arrivée aux oreilles de la presse à scandale, Valentino dut multiplier les exhibitions viriles pour déjouer la rumeur qui enflait. Il n’en fallait pas plus pour Ken Russell qui trouva, dans l’ambivalence de Valentino, une nouvelle occasion de se livrer aux outrances visuelles qui auront jalonné tous ses films.

Pour camper Valentino, réputé pour ses qualités de danseur de tango, il fit appel au danseur étoile Rudolf Noureev, qui était alors au sommet de sa popularité. Malheureusement, un bon danseur ne fait pas d’office un bon acteur et Noureev, très scolaire et au port de tête altier, n’exhale en rien le charisme vénéneux du bel italien.

Jamais Russell ne parvient à lever le voile du mystère de la fascination exercée par l’acteur sur les femmes, livrant finalement une biographie assez sage qui n’oublie rien des épisodes connus de la courte carrière du "fils du Sheik", mais reste très loin des fulgurances que constituent ses meilleurs films comme "Love" (1969), "Les diables" (1971), "Au-delà du réel" (1980) ou "Les jours et les nuits de China Blue".

Loading

 SÉLECTIONS DE FILMS DES ANNÉES 70
 ♦ Top 50 des années 70
 ♦ Top 100 des années 70
 ♦ Best of par genre des années 70
 ♦ Le top 10 des années 70 de Sébastien

 

 PISTES DE LECTURE
 ♦ Le cinéma des années Reagan, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Clinton, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Bush, c'est quoi ?
 ♦ Ouvrages
 ♦ Conférences de Jean-Baptiste Thoret 
 ♦ Emissions de radios

 

 ♦ L'assassinat de JFK
 ♦ L'affaire du Watergate

 ♦ La guerre du Vietnam
 ♦ Autres interventions militaires dans le monde

 ♦ 246 years a slave
 ♦ He had a dream
 ♦ Across 110th Street
 ♦ Blaxploitation
 ♦ New Jack cinema
 ♦ Obama era

 ♦ L'Amérique sur le ring
 ♦ Blue collar
 ♦ Very bad trip
 ♦ On the road again
 ♦ Oh my gore!
 ♦ Hollywood selon Hollywood
 ♦ Mon Président, ce héros  
 ♦ La Grande Dépression des années 30
 ♦ Red scare

 

 Producteurs et productrices
 ♦ Monteurs et monteuses
 ♦ Maquilleurs

 

 ♦ Récompenses par année
 ♦ Fantastique et science-fiction

♦ La troisième image
Le coin du nanar
Villes américaines
Into the deep
Carsploitation
Catastrophes / Post-nuke (post-apocalyptique)

 SCÉNARIO
 ♦ Scénaristes
 ♦ Prix Edgar Allan Poe
 ♦ Du roman à l'écran
 ♦ Remakes & reboots
 ♦ Adaptations de comics
 ♦ Biopics (films biographiques)
 ♦ Du petit au grand écran

 

 ♦ Chefs-opérateurs (directeurs photo)
 ♦ Chefs costumiers et chefs costumières
 ♦ Directeurs artistiques et chefs décorateurs
 ♦ Effets visuels 
 ♦ Affiches
 ♦ Génériques

 

 MUSIQUE
 ♦ Compositeurs (musique instrumentale originale)
 ♦ Musique classique & opéra
 ♦ Jazz & ragtime
 ♦ Chansons