29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 09:20

Oh my gore!

« Le sang, il y a autant de façons de le montrer que de réalisateurs. » (John Landis)

Extraits de l'ouvrage "Le cinéma gore, une esthétique du sang" de Philippe Rouyer (1997, Editions du Cerf).
Pour en savoir plus : "Gore, autopsie d'un cinéma" de Marc Godin (1994, Editions du Collectionneur).

Avant-propos

Le premier film gore est un film américain. Tout le monde s'accorde en effet à considérer comme tel "Blood feast", réalisé en 1963 par Herschell Gordon Lewis.

Après le succès de ce film, son metteur en scène et le producteur David F. Friedman continuent sur leur lancée.

Au sein de la production horrifique, leurs imitateurs ne sont pas encore très nombreux, mais, parallèlement, les films hollywoodiens deviennent de plus en plus sanglants.

Il faudra attendre encore quelques années pour que George A. Romero donne ses lettres de noblesse au gore.

 

◊ Le cinéma gore américain des années 70 : l'explosion

I - Le sang des majors


Les grands studios américains commencent à représenter de plus en plus explicitement la violence à l'écran. Echos des événements tragiques qui secouent l'Amérique à la fin des années 60 (l'assassinat de JFK, par exemple), 2 films symbolisent cette évolution :
• "Bonnie and Clyde", avec notamment le massacre final ;

• "La horde sauvage", avec les massacres qui ouvrent et closent l'intrigue.

Tout en renouvelant l'esthétique des genres auxquels elles appartiennent (le film criminel et le western) - ce en quoi ils doivent être considérés comme précurseurs du cinéma américain des années 70 -, ces 2 oeuvres, controversées à leur sortie (voir ce qu'ont écrit par exemple les critiques Bosley Crowther et Joe Morgenstern), exerceront une influence durable sur la représentation de la mort à l'écran. Elles font franchir une étape décisive au cinéma grand public, le préparant aux grandes mutations des années 70.

II - La légitimation du gore

L'autre film de cette fin de décennie qui jouera un rôle clé dans cette évolution est "La nuit des morts-vivants". Ce film d'horreur sortira le gore du ghetto grâce à la reconnaissance d'un large public. Le nombre des scènes proprement gore est limité, elles ne constituent pas une fin en soi ; mais elles s'intègrent parfaitement aux choix de mise en scène : ne pas couper quand les zombies commencent à manger la chair de leurs victimes.

III - Le gore à l'assaut de Hollywood

Le début des années 70

3 films s'appuient sur de nombreuses scènes sanglantes pour dénoncer les horreurs de la guerre du Viêtnam. La référence est transparente, bien que l'action du 1er se situe pendant la guerre de Corée et celle du 2ème, pendant la seconde guerre mondiale, et que le 3ème traite de l'extermination des Indiens à Sand Creek.
• "M.A.S.H." : corps sanguinolents transportés par des hélicoptères, giclées de sang des blessés dans les scènes chirurgicales (5 opérations sanglantes au total)...
MASH
• "Catch 22" : le choix est inverse, puisqu'à la quantité, la répétitivité des effets gore, est préférée leur intensité (corps coupé en deux, plan sur des tripes...).
• "Soldat bleu" : cf. le carnage final, avec ses images de mutilation.

 

Le milieu des années 70

• "Taxi driver", avec le carnage final, dont les effets sanglants ont été élaborés par Dick Smith, responsable des trucages du "Parrain" et de "Voyage au bout de l'enfer", et surtout connu comme le maquilleur vedette de "L'Exorciste".


La fin des années 70

Evolution du gore dans le cinéma américain : pour impressionner un public de plus en plus accoutumé aux bains de sang, les réalisateurs ne peuvent plus se contenter de la facilité d'effets révulsifs et galvaudés. En témoignent les 2 films suivants :
• "Apocalypse Now", où le motif de la décapitation (cf. les têtes coupées empalées sur des piques) renvoie à l'histoire de la tête de cheval dans "Le Parrain".

   

Voyage au bout de l'enfer
• "Voyage au bout de l'enfer", avec les séquences de roulette russe.

 

IV - Superproductions horrifiques pimentées de gore


Les majors vont se mettre à en confectionner. La nouvelle politique des grands studios est en effet la suivante : réalisateurs et comédiens non spécialisés dans l'horreur, voire comédiens ayant acquis une solide réputation au théâtre ou dans le cinéma d'auteur et réalisateur déjà récompensé d'un Oscar ; bref, un générique prestigieux.

Enfants démoniaques

• "La Malédiction" : voir son spectaculaire effet gore, une décapitation par une grande plaque de verre, filmée au ralenti.

• "L'Exorciste", film dont les séquences gore sont regroupées pour la plupart dans son ultime tiers, au moment de la fameuse scène d'exorcisme.

Monstres


"Les dents de la mer"


"Alien, le huitième passager"

 

V - Les spécialistes de l'horreur gore

En marge de cette politique des grands studios, de jeunes cinéastes se spécialisent dans l'horreur, et le gore leur ouvre de nouvelles perspectives.

Wes Craven

• "La colline a des yeux"
(cf. les images gore du berger allemand éventré, celles d'un couteau enfoncé dans une cuisse et le plan sur un pied mordu jusqu'à l'os)

• "La dernière maison sur la gauche"

 
   

Brian De Palma

• "Sœurs de sang" : son premier thriller horrifique, où la représentation du sang renforce la brutalité des meurtres.

• "Furie" : cf. les incessants saignements de nez provoqués par Amy Irving jusqu'à la gigantesque explosion de sang de la fin.

• "Carrie au bal du diable", où le réalisateur fait du sang le "fil rouge" de sa dramaturgie, tous les rebondissements dramatiques de ce film étant provoqués par des écoulements de sang, des règles de Carrie au déversement du baquet de sang de cochon sur elle.

George A. Romero

• "Zombie", suite de sa "Nuit des morts vivants"
Zombie - explosion

• "Martin", film où le sang est au cœur de sa thématique, puisque son protagoniste, se prenant pour un vampire, suce le sang de victimes dont il a préalablement tranché les veines avec une lame de rasoir...


Le cinéma gore américain des années 80 : les mutations : cliquer ici.

Le cinéma gore américain des années 90 : l'éparpillement : cliquer ici.

Loading

 SÉLECTIONS DE FILMS DES ANNÉES 70
 ♦ Top 50 des années 70
 ♦ Top 100 des années 70
 ♦ Best of par genre des années 70
 ♦ Le top 10 des années 70 de Sébastien

 

 PISTES DE LECTURE
 ♦ Le cinéma des années Reagan, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Clinton, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Bush, c'est quoi ?
 ♦ Ouvrages
 ♦ Conférences de Jean-Baptiste Thoret 
 ♦ Emissions de radios

 

 ♦ L'assassinat de JFK
 ♦ L'affaire du Watergate

 ♦ La guerre du Vietnam
 ♦ Autres interventions militaires dans le monde

 ♦ 246 years a slave
 ♦ He had a dream
 ♦ Across 110th Street
 ♦ Blaxploitation
 ♦ New Jack cinema
 ♦ Obama era

 ♦ L'Amérique sur le ring
 ♦ Blue collar
 ♦ Very bad trip
 ♦ On the road again
 ♦ Oh my gore!
 ♦ Hollywood selon Hollywood
 ♦ Mon Président, ce héros  
 ♦ La Grande Dépression des années 30
 ♦ Red scare

 

 Producteurs et productrices
 ♦ Monteurs et monteuses
 ♦ Maquilleurs

 

 ♦ Récompenses par année
 ♦ Fantastique et science-fiction

♦ La troisième image
Le coin du nanar
Villes américaines
Into the deep
Carsploitation
Catastrophes / Post-nuke (post-apocalyptique)

 SCÉNARIO
 ♦ Scénaristes
 ♦ Prix Edgar Allan Poe
 ♦ Du roman à l'écran
 ♦ Remakes & reboots
 ♦ Adaptations de comics
 ♦ Biopics (films biographiques)
 ♦ Du petit au grand écran

 

 ♦ Chefs-opérateurs (directeurs photo)
 ♦ Chefs costumiers et chefs costumières
 ♦ Directeurs artistiques et chefs décorateurs
 ♦ Effets visuels 
 ♦ Affiches
 ♦ Génériques

 

 MUSIQUE
 ♦ Compositeurs (musique instrumentale originale)
 ♦ Musique classique & opéra
 ♦ Jazz & ragtime
 ♦ Chansons