28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 17:06

Couverture d'Esquire d'octobre 1968

Couverture du Time du 25 novembre 2013

 


Couverture du Post du 14 décembre 1963

Couverture du Life du 29 novembre 1963
   
Le rapport Warren

Couverture du Life du 2 octobre 1964
Oswald a-t-il agi seul ?

Couverture du Life du 25 novembre 1964
   
Marina Oswald

Couverture du Time du 14 février 1964
Lee Harvey Oswald

Couverture du Time du 2 octobre 1964
   
Marina & Lee Harvey Oswald

Couverture du Life du 10 juillet 1964
Lee Harvey Oswald

Couverture du Life du 21 février 1964
   

Couverture du Post du 14 jan. 1967

Couverture du Post du 6 mai 1967

Couverture du Post du 2 déc. 1967


Références à l'assassinat de JFK dans des dialogues de films américains des années 70/80/90/2000
Années 70
• "Capricorn One"
« Listen to me and listen good. I don't like you, Caulfield. You're ambitious. You think the way to get ahead is to come up with the scoop of the century. Woodward and Bernstein were good reporters, that's how they did it. Not by telling me they've located Patty Hearst three times like you did or that brilliant piece of investigative journalism you pulled off by finding an eye witness to the second gunman in the Kennedy assassination. The small fact that the man had been in a mental institution at the time never deterred you, not 'scoop' Caulfield. »
• "La Fugue"
‎« Where were you when Kennedy got shot? - Which Kennedy? - Any Kennedy. »
• "Annie Hall"
« How is it possible for Oswald to have fired from two angles at once? It doesn't make sense. »
• "Nashville"
« All I remember, the next few days was us just lookin' at that TV set and seein' that great fat-bellied sheriff sayin' 'Ruby, you son of a bitch.' And Oswald. And her in her little pink suit... »
• "Executive action"
« In the three years after the murders of John F. Kennedy and Lee Harvey Oswald, 18 material witnesses died, 6 by gunfire, 3 by motor accidents, 2 by suicide, 1 by a cut throat, 1 by a karate chop to the neck, 3 by heart attacks, 2 from natural causes. An actuary engaged by the London Sunday Times concluded: On November 22, 1963, the odds of these witnesses being dead by Feb. 1967 are one hundered thousand trillion to one. »
Années 80, 90 et 2000
• "Full metal jacket"
« That's affirmative. Charles Whitman killed twelve people from a twenty-eight-story observation tower at the University of Texas from distances up to four hundred yards. Anybody know who Lee Harvey Oswald was? Private Snowball? »
« All right, knock it off! Two hundred and fifty feet! He was two hundred and fifty feet away and shooting at a moving target. Oswald got off three rounds with an old Italian bolt action rifle in only six seconds and scored two hits, including a head shot! Do any of you people know where these individuals learned to shoot? Private Joker? »
• "JFK"
voir la fiche du film
• "Tueurs nés"
« Oswald might've been a pussy, but he was a great shot. »
• "Complots"
« Serial killers. Serial killers only have two names. You ever notice that? But lone gunmen assassins, they always have three names. John Wilkes Booth, Lee Harvey Oswald, Mark David Chapman... »
• "Dans la ligne de mire"
« What did happen to you that day? Only one agent reacted to the gunfire, and you were closer to Kennedy than he was. You must have looked up at the window of the Texas Book Depository, but you didn't react. Late at night, when the demons come, do you see the rifle coming out of that window, or do you see Kennedy's head being blown apart? If you'd reacted to that first shot, could you have gotten there in time to stop the big bullet? And if you had - that could've been your head being blown apart. Do you wish you'd succeeded, Frank? Or is life too precious? »
• "Des hommes d'honneur"
« Maybe, if we work at it, we can get Dawson charged with the Kennedy assassination. »
• "Captain America"
« You see, I have got proof that this Red Skull guy was closely involved in the murders of Robert Kennedy, John Kennedy, Martin Luther King... »
• "Rock"
« Honey? Uh... You wanna know who really killed JFK? »
« This man knows our most intimate secrets from the last half century! The alien landing at Roswell, the truth behind the J.F.K. assassination. Mason's angry, he's lethal, he's a trained killer... and he is the only hope that we have got. »
• "Créance de sang"
« We're Cain and Able. We're Kennedy and Oswald. We're shit in the bottom of somebody's shoe. »
• "Trois enterrements"
« You want me to investigate the Kennedy assassination while I'm at it? »
• "Benjamin Gates et le livre des secrets"
« There is a book and it has the information you need. The President's Book of Secrets. A collection of documents for President's eyes only. The truth behind the JFK conspiracy. The missing minutes from the Watergate tapes. And of course, Area 51.  »

 

"26 secondes, l'Amérique éclaboussée"
essai de Jean-Baptiste Thoret (auteur du "Cinéma américain des années 70")
chronique de Margo Channing sur dvdclassik.com

Malgré ses relents trash voire putassiers, on sera gré à Peter Biskind et son célèbre "Easy Riders & Raging Bulls" d'avoir au moins ouvert une brèche dans le monde parfois engoncé des publications cinématographiques : pour 1 000 analyses en profondeur de l'âge d'or hollywoodien, pour 100 exégèses de la Nouvelle Vague, combien d'ouvrages sérieux consacrés aux bouillonnantes années 60/70 hollywoodiennes et à la profonde mutation artistique qui s'ensuivit ?

 

Allez jeter un œil sur vos étagères : l'Histoire de la Warner, l'hagiographie MGM ou James Stewart par Jonathan Coe, d'accord... Mais quid des barbus ? Qui pour écrire sur cette formidable période, qui pour analyser, comparer l'Histoire des Etats-Unis et son cinéma seventies ? Samuel Blumenfeld ou Luc Lagier pour leurs excellents ouvrages consacrés à De Palma ? Certes... mais les deux livres restent cantonnés à un seul cinéaste, et non à la période qui le vit s'épanouir.

 

D'où une certaine fébrilité à la lecture du dernier ouvrage de Jean-Baptiste Thoret : "26 secondes, l'Amérique éclaboussée" (sous-titré "L'assassinat de JFK et le cinéma américain"). A ce niveau de désert analytique, le livre prend rapidement des allures de St-Graal avec sa quatrième de couv' citant Arthur Penn, Brian De Palma ou Clint Eastwood. Sentiment jouissif renforcé par un rapide feuilletage : combien de livres possédez-vous invoquant tour à tour et avec pertinence : "Phantom of the Paradise", "Voyage au bout de l'enfer", "À cause d'un assassinat", "JFK", "Blow up", "Blow out", "Zombie", "Annie Hall", "L'inspecteur Harry", "Conversation secrète" ou "Les trois jours du Condor" entre autres joyeusetés ? Combien d'ouvrages remerciant en ouverture des cinéphiles aussi variés et passionnants qu'Arthur Penn, Serge Daney, Michel Ciment (Positif), Philippe Val (Charlie Hebdo) ou Christophe Lemaire (feu Starfix) ? Le St-Graal, on vous dit...

Emballage classieux donc, et le reste est à l'avenant !

Grâce à un postulat de départ passionnant, Thoret analyse le cinéma américain post-63 sous la lumière spectrale de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963 - filmé par un certain Abraham Zapruder dont le petit film 8mm de 26" deviendra rapidement mondialement célèbre.
Analysées sous toutes leurs coutures, ces 26 secondes sont l'occasion d'un chapitre brillant sur l'histoire de ce film et sur le tombereau de rumeurs et d'analyses qui l'accompagnèrent et l'accompagnent encore (manipulation de la vitesse de défilement, retranchement supposé de certains photogrammes compromettants par la commission Warren, recadrages, collures grossières afin de dissimuler des détails, mises au point subites physiquement impossibles...). Le tout accompagné d'une iconographie captivante permettant de mieux saisir les arguments des défenseurs de la théorie du complot.
Pour les fans hardcore du sujet ou les spectateurs attentifs des plaidoiries de Jim Garrison dans le "JFK" d'Oliver Stone, le livre est une mine d'informations et de recoupements enthousiasmants !

Pour visionner le film de Zapruder : cliquer ici.

 

Au fur et à mesure des pages, Thoret tisse alors les liens de sa démonstration, mettant en parralèle ce 22 novembre 1963, le film d'Abraham Zapruder et le cinéma américain de l'époque (la littérature, Don DeLillo en tête, n'est pas en reste dans quelques passages lumineux).

L'influence de l'événement sur le cinéma américain est alors analysée sous tous les angles, et sous toutes ses formes récurrentes : la figure du sniper (Oswald) comme leitmotiv traumatique du cinéma post 1963 ("À cause d'un assassinat", "La théorie des dominos", "Conversation secrète", "Phantom of the Paradise"...), la métaphore de l'éclatement du crâne de JFK dans les films US ("Voyage au bout de l'enfer" et ses séances de roulette russe, "Zombie", "Bonnie and Clyde", le cinéma gore alors en plein essor...), le film amateur façon Zapruder comme élément d'enquête et de scénario ("Blow out", "Blow up", "SFX"...), le meurtre lors de parades ("Nashville", "Blow out", "À cause d'un assassinat"...), etc.

Le sniper : le cadre comme cible  
L'éclatement et l'éclaboussure  

Autant d'éléments clés symboliques du cinéma américain des années 70, qui passent sous l'œil aguerri de Thoret - qui se révèle être au fil des pages un cinéphile haut de gamme, tant dans ses citations que dans ses développements théoriques.

Le film de Zapruder et toute l'enquête entourant le meurtre ayant tellement porté à caution, le cinéma américain ne pouvait que se faire l'écho de ces doutes. L'occasion pour Thoret de revenir sur quelques films clés, de ces thrillers politiques portant en filigrane tout le poids et les conséquences du meurtre du président des Etats-Unis. Ainsi, de longues pages s'intéressent à "Greetings" de Brian De Palma (passionnante analyse de l'interprétation, du faux et de la mise en scène du simulacre chez De Palma, à travers l'analyse d'autres de ses films : "Blow out", "Phantom of the Paradise", "Snake eyes") ainsi qu'aux géniaux "À cause d'un assassinat" (qu'on se le dise, Alan J . Pakula n'a pas signé que l'indigne "Affaire Pélican" !), "Winter kills", "Les trois jours du Condor" ou "Conversation secrète". Pages dont l'intelligence confine au raffinement lors des passages consacrés aux réseaux d'informations secrets et aux complots en découlant. On (re)découvre alors tout un pan d'un cinéma adoré mais pas forcément toujours jugé à sa juste valeur historique et thématique.

C'est là tout l'art de Thoret, cofondateur de la revue Simulacres et auteur d'ouvrages sur des cinéastes aussi riches que peu étudiés, du moins en France : Dario Argento ("Dario Argento, magicien de la peur", Cahiers du Cinéma, 2002), Tobe Hooper ("Une expérience américaine du chaos : Massacre à la tronçonneuse", Dreamland, 2000) ou John Carpenter ("Les fantômes de John Carpenter", co-écrit avec Luc Lagier, Dreamland, 1998).

Un sérieux universitaire (peut-être parfois un peu abscons, léger reproche que l'on pourra formuler à certains - rares - passages) ne se départissant jamais d'une passion communicative : analyses pointues, très fouillées et servies par une mise en pages délicate, discrète et soignée : du grand art qu'il conviendra de ne pas dévoiler plus avant, sous peine de gâcher ce qui fait le sel et le cœur de tous les films cités dans ce formidable livre : l'émerveillement et la perplexité du spectateur devant les ombres du doute.

Loading

 SÉLECTIONS DE FILMS DES ANNÉES 70
 ♦ Top 50 des années 70
 ♦ Top 100 des années 70
 ♦ Best of par genre des années 70
 ♦ Le top 10 des années 70 de Sébastien

 

 PISTES DE LECTURE
 ♦ Le cinéma des années Reagan, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Clinton, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Bush, c'est quoi ?
 ♦ Ouvrages
 ♦ Conférences de Jean-Baptiste Thoret 
 ♦ Emissions de radios

 

 ♦ L'assassinat de JFK
 ♦ L'affaire du Watergate

 ♦ La guerre du Vietnam
 ♦ Autres interventions militaires dans le monde

 ♦ 246 years a slave
 ♦ He had a dream
 ♦ Across 110th Street
 ♦ Blaxploitation
 ♦ New Jack cinema
 ♦ Obama era

 ♦ L'Amérique sur le ring
 ♦ Blue collar
 ♦ Very bad trip
 ♦ On the road again
 ♦ Oh my gore!
 ♦ Hollywood selon Hollywood
 ♦ Mon Président, ce héros  
 ♦ La Grande Dépression des années 30
 ♦ Red scare

 

 Producteurs et productrices
 ♦ Monteurs et monteuses
 ♦ Maquilleurs

 

 ♦ Récompenses par année
 ♦ Fantastique et science-fiction

♦ La troisième image
Le coin du nanar
Villes américaines
Into the deep
Carsploitation
Catastrophes / Post-nuke (post-apocalyptique)

 SCÉNARIO
 ♦ Scénaristes
 ♦ Prix Edgar Allan Poe
 ♦ Du roman à l'écran
 ♦ Remakes & reboots
 ♦ Adaptations de comics
 ♦ Biopics (films biographiques)
 ♦ Du petit au grand écran

 

 ♦ Chefs-opérateurs (directeurs photo)
 ♦ Chefs costumiers et chefs costumières
 ♦ Directeurs artistiques et chefs décorateurs
 ♦ Effets visuels 
 ♦ Affiches
 ♦ Génériques

 

 MUSIQUE
 ♦ Compositeurs (musique instrumentale originale)
 ♦ Musique classique & opéra
 ♦ Jazz & ragtime
 ♦ Chansons