6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 16:04

titre original "The Candidate"
année de production 1972
réalisation Michael Ritchie
scénario Jeremy Larner
interprétation Robert Redford, Peter Boyle, Melvyn Douglas, Michael Lerner
   
récompense Oscar du meilleur scénario original


Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Un excellent témoignage sur la vie politique américaine.


La critique de Pierre

"Votez McKay" est à l'évidence l'un des meilleurs films politiques des années 70.

Produit par Redford lui-même et réalisé par Michael Richie (qui avait mis en scène la même année "Carnage" avec Lee Marvin et Gene Hackman), c'est un film vraiment archétypal, dans sa mise en scène et dans ses préoccupations, de son époque. Pour autant, tout cela reste diablement d'actualité.

Le pitch : un directeur de campagne démocrate cherche un candidat pour aller à l'abattoir pour des élections au poste de sénateur de Californie. À l'abattoir, parce que le poste est tenu depuis 4 mandats par un vieux républicain qui cartonne depuis des années. On va donc chercher le jeune Bill McKay, un avocat un peu idéaliste dont le père était gouverneur, pour lui offrir de faire la campagne. Lui, au début, est d'accord, puisque de toute façon, il va perdre. Sauf que la campagne commence à prendre...

Le thème, c'est donc très clairement la manière dont se passent les campagnes électorales, et la façon dont les débats sont escamotés au profit de l'image et de la "com'". Tout ça au travers de scénettes rapides, très bien rythmées. Comme dans les meilleurs films des 70's, c'est au spectateur de trouver les scènes essentielles dans ce magma, et de distinguer le principal de l'accessoire. Également typique de l'époque : quasiment pas de vie privée des personnages, ou alors ce que le réalisateur nous laisse deviner. L'ensemble laisse donc le spectateur un peu perdu : au bout d'un moment, on ne sait plus si ce qu'on voit est "bien" ou "mal", et je crois bien que c'est exactement cette perte des repères que cherche le réalisateur.

Côté acteurs, il y a bien sûr Redford - excellent et charismatique -, mais aussi Peter Boyle dans le rôle du directeur de campagne. On reconnaît également Michael Lerner (futur producteur nabab dans "Barton Fink").

Bref, on frôle le "4 étoiles", il manque juste une ou deux scènes d'émotion pour ça. Mais en tout cas, ça se mate sans jamais regarder l'heure.



Votez McKay - photo 1
Votez McKay - photo 2
Votez McKay - photo 3
Votez McKay - photo 4

Loading

 SÉLECTIONS DE FILMS DES ANNÉES 70
 ♦ Top 50 des années 70
 ♦ Top 100 des années 70
 ♦ Best of par genre des années 70
 ♦ Le top 10 des années 70 de Sébastien

 

 PISTES DE LECTURE
 ♦ Le cinéma des années Reagan, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Clinton, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Bush, c'est quoi ?
 ♦ Ouvrages
 ♦ Conférences de Jean-Baptiste Thoret 
 ♦ Emissions de radios

 

 ♦ L'assassinat de JFK
 ♦ L'affaire du Watergate

 ♦ La guerre du Vietnam
 ♦ Autres interventions militaires dans le monde

 ♦ 246 years a slave
 ♦ He had a dream
 ♦ Across 110th Street
 ♦ Blaxploitation
 ♦ New Jack cinema
 ♦ Obama era

 ♦ L'Amérique sur le ring
 ♦ Blue collar
 ♦ Very bad trip
 ♦ On the road again
 ♦ Oh my gore!
 ♦ Hollywood selon Hollywood
 ♦ Mon Président, ce héros  
 ♦ La Grande Dépression des années 30
 ♦ Red scare

 

 Producteurs et productrices
 ♦ Monteurs et monteuses
 ♦ Maquilleurs

 

 ♦ Récompenses par année
 ♦ Fantastique et science-fiction

♦ La troisième image
Le coin du nanar
Villes américaines
Into the deep
Carsploitation
Catastrophes / Post-nuke (post-apocalyptique)

 SCÉNARIO
 ♦ Scénaristes
 ♦ Prix Edgar Allan Poe
 ♦ Du roman à l'écran
 ♦ Remakes & reboots
 ♦ Adaptations de comics
 ♦ Biopics (films biographiques)
 ♦ Du petit au grand écran

 

 ♦ Chefs-opérateurs (directeurs photo)
 ♦ Chefs costumiers et chefs costumières
 ♦ Directeurs artistiques et chefs décorateurs
 ♦ Effets visuels 
 ♦ Affiches
 ♦ Génériques

 

 MUSIQUE
 ♦ Compositeurs (musique instrumentale originale)
 ♦ Musique classique & opéra
 ♦ Jazz & ragtime
 ♦ Chansons