20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 10:39

titre original "Too late the hero"
année de production 1970
réalisation Robert Aldrich
scénario Robert Aldrich
photographie Joseph F. Biroc
musique Gerald Fried
interprétation Michael Caine, Cliff Robertson, Henry Fonda, Ian Bannen, Ronald Fraser,
  Harry Andrews, Denholm Elliott, Ken Takakura


La critique de Sébastien Miguel

Trop long, et des allures de série B surgonflée. C’est pourtant le dernier film de guerre du gros Bob. L’ultime flop qui ruina son studio.

Aldrich joue à domicile : u
n film de commando, une mission suicide, une galerie de monstres (Ian Bannen, Ronald Fraser, Harry Andrews…) ; de la lâcheté, du cynisme, du sadisme ; et toujours la peur, la culpabilité et la mort. On pense par moment au bizarre "Fear and Desire" (Stanley Kubrick, 1953), tant les histoires se rapprochent (Gerald Fried faisant le lien entre les deux films).

Henry Fonda, méprisant et méprisable, s’offre une scène d’introduction hilarante avec son ancien partenaire de "Que le meilleur l'emporte" (Franklin J. Schaffner, 1964), Cliff Robertson.

L’écran est tartiné de plans brutaux balancés à la truelle. Esthétiquement, la photo de Biroc est d’une grande laideur. Aucun héroïsme, aucun patriotisme, mais des militaires stupides, brutaux et vicieux (mention spéciale à Denholm Elliott, totalement hallucinant).

Aldrich transforme la jungle en un huis clos étouffant. Le Japonais est décrit comme un militaire réfléchi avec un grand sens de l’éthique (Ken Takakura, remarquable). La mise en scène, impressionnante, détaille avec un cynisme manifeste le délabrement progressif de toute humanité, à l’image des drapeaux du générique qui finissent inexorablement en lambeaux… La guerre est un enfer, l’obéissance, un esclavage.

Un pamphlet anti-militariste mémorable. Un film de Robert Aldrich.


Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Aldrich reprend certains thèmes d'"Attaque", transposés ici dans le Pacifique : la folie, la lâcheté, le sadisme... La guerre n'est pour lui qu'un révélateur de caractères. On ne trouve ici ni exaltation, ni condamnation, mais des hommes aux prises avec leur peur. De là la force de la vision d'Aldrich.

Loading

 SÉLECTIONS DE FILMS DES ANNÉES 70
 ♦ Top 50 des années 70
 ♦ Top 100 des années 70
 ♦ Best of par genre des années 70
 ♦ Le top 10 des années 70 de Sébastien

 

 PISTES DE LECTURE
 ♦ Le cinéma des années Reagan, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Clinton, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Bush, c'est quoi ?
 ♦ Ouvrages
 ♦ Conférences de Jean-Baptiste Thoret 
 ♦ Emissions de radios

 

 ♦ L'assassinat de JFK
 ♦ L'affaire du Watergate

 ♦ La guerre du Vietnam
 ♦ Autres interventions militaires dans le monde

 ♦ 246 years a slave
 ♦ He had a dream
 ♦ Across 110th Street
 ♦ Blaxploitation
 ♦ New Jack cinema
 ♦ Obama era

 ♦ L'Amérique sur le ring
 ♦ Blue collar
 ♦ Very bad trip
 ♦ On the road again
 ♦ Oh my gore!
 ♦ Hollywood selon Hollywood
 ♦ Mon Président, ce héros  
 ♦ La Grande Dépression des années 30
 ♦ Red scare

 

 Producteurs et productrices
 ♦ Monteurs et monteuses
 ♦ Maquilleurs

 

 ♦ Récompenses par année
 ♦ Fantastique et science-fiction

♦ La troisième image
Le coin du nanar
Villes américaines
Into the deep
Carsploitation
Catastrophes / Post-nuke (post-apocalyptique)

 SCÉNARIO
 ♦ Scénaristes
 ♦ Prix Edgar Allan Poe
 ♦ Du roman à l'écran
 ♦ Remakes & reboots
 ♦ Adaptations de comics
 ♦ Biopics (films biographiques)
 ♦ Du petit au grand écran

 

 ♦ Chefs-opérateurs (directeurs photo)
 ♦ Chefs costumiers et chefs costumières
 ♦ Directeurs artistiques et chefs décorateurs
 ♦ Effets visuels 
 ♦ Affiches
 ♦ Génériques

 

 MUSIQUE
 ♦ Compositeurs (musique instrumentale originale)
 ♦ Musique classique & opéra
 ♦ Jazz & ragtime
 ♦ Chansons