27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 19:53

"Presque" une histoire d'amour


titre original "Annie Hall"
année de production 1977
réalisation Woody Allen
scénario Woody Allen
photographie Gordon Willis
interprétation Woody Allen, Diane Keaton, Tony Roberts, Shelley Duvall, Paul Simon,
  Christopher Walken, Laurie Bird, Jeff Goldblum, Sigourney Weaver,
  Truman Capote (non crédité)
   
récompenses • Oscar du meilleur film
  • Oscar du meilleur réalisateur
  • Oscar de la meilleure actrice pour Diane Keaton
  • Oscar du meilleur scénario original


La critique de Citizen Poulpe : cliquer ici.


Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Le film le plus caractéristique de Woody Allen, celui où il s'est mis tout entier avec ses hantises et ses névroses. Superbe photo de Gordon Willis.


La critique de Didier Koch

Avec "Annie Hall", Woody Allen, encore jeune réalisateur, entame un nouveau cycle toujours aussi comique mais délibérément introspectif, le réalisateur faisant le point sur sa liaison passée avec celle qui fut sa première muse, Diane Keaton.

Jusqu'alors, Allen, qui venait du stand-up, avait développé un comique du non-sens hérité des Marx Brothers (il rend un hommage appuyé à Groucho dans l'ouverture du film) et du slapstick. C'est face à la caméra qu'il nous annonce presque officiellement son changement d'univers. Juif new-yorkais en perpétuel questionnement sur la sexualité, le sens de l'existence ou la mort, Allen va désormais développer ses thèmes de prédilection dans des comédies, sortes de chroniques sociales autour des relations sentimentales compliquées d'un personnage central récurrent qui ne sera bien sûr personne d'autre que lui-même.

Sur la forme, Woody Allen n'oublie pas ses débuts, et les petites innovations dont il parsème son film sont autant de clins d'œil à ses origines de show man. C'est ainsi qu'après avoir parlé directement au spectateur dans son incipit, il le prendra plusieurs fois à témoin comme s'il racontait à un vieux copain ses déboires sentimentaux. Plusieurs fois aussi, les personnages effectuent des sauts temporels pour juger eux-mêmes, présents à l'écran, leur comportement passé. Un court passage de l'intrigue amoureuse se déroulera même en dessins animés. Des petits gimmicks parfois naïfs et sans doute aujourd'hui passés de mode qui fondent la douce nostalgie d'une époque pas si lointaine où l'accomplissement par la relation avec autrui était le grand sujet.

Woody Allen  n'a pas encore révélé son hypocondrie, thème central de quelques-uns de ses meilleurs films ("Hannah et ses sœurs" en 1986), même s'il y fait furtivement allusion. Qu'est-ce qui fait que deux personnes tombent amoureuses et finissent par devenir étrangères une fois que leur passion s'est étiolée ?  C'est la grande question que se pose Woody Allen dans "Annie Hall", séparé depuis deux ans de Diane Keaton, montrant  très bien la méprise qui parfois s'installe  lors de  la douce euphorie de la rencontre, suivie d'un long et douloureux cheminement pour se rendre compte que l'on s'est peut-être trompé. Alvy et Annie n'ont sans doute pas grand chose en commun et en premier lieu leurs origines si différentes, lui fils d'une famille d'émigrés juifs tenant commerce à Brooklyn, viscéralement attaché à New York, elle pur produit d'une éducation WASP qui ne rêve que du soleil de Los Angeles. Et pourtant, Alvy qui le premier a tout fait pour modeler Annie à son image, lui daignant le droit à l'épanouissement, semble regretter une union qu'il n'a pas vraiment chercher à préserver. Les moments de bonheur que l'on a connu avec l'être aimé sont uniques, et Alvy aura beau tenter de revivre l'épisode de la soupe de homards (une des scènes mutines de ses débuts amoureux avec Annie) avec d'autres, ses tentatives seront vaines. Annie, son amour perdu, remplit bien sûr tout l'écran, et sans doute Diane Keaton, récompensée d'un Oscar, n'a jamais été aussi belle, mais Allen n'oublie pas au passage d'être féroce, moquant le monde de la télévision, et surtout Los Angeles qu'il juge le temple de  la superficialité.

Allen sera quelquefois plus virtuose par la suite, mais sans doute plus jamais aussi touchant que dans ce magnifique film que demeure "Annie Hall", qu'il faut voir et revoir pour conjurer la misanthropie qui guette.





Homarus americanus

Loading

 SÉLECTIONS DE FILMS DES ANNÉES 70
 ♦ Top 50 des années 70
 ♦ Top 100 des années 70
 ♦ Best of par genre des années 70
 ♦ Le top 10 des années 70 de Sébastien

 

 PISTES DE LECTURE
 ♦ Le cinéma des années Reagan, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Clinton, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Bush, c'est quoi ?
 ♦ Ouvrages
 ♦ Conférences de Jean-Baptiste Thoret 
 ♦ Emissions de radios

 

 ♦ L'assassinat de JFK
 ♦ L'affaire du Watergate

 ♦ La guerre du Vietnam
 ♦ Autres interventions militaires dans le monde

 ♦ 246 years a slave
 ♦ He had a dream
 ♦ Across 110th Street
 ♦ Blaxploitation
 ♦ New Jack cinema
 ♦ Obama era

 ♦ L'Amérique sur le ring
 ♦ Blue collar
 ♦ Very bad trip
 ♦ On the road again
 ♦ Oh my gore!
 ♦ Hollywood selon Hollywood
 ♦ Mon Président, ce héros  
 ♦ La Grande Dépression des années 30
 ♦ Red scare

 

 Producteurs et productrices
 ♦ Monteurs et monteuses
 ♦ Maquilleurs

 

 ♦ Récompenses par année
 ♦ Fantastique et science-fiction

♦ La troisième image
Le coin du nanar
Villes américaines
Into the deep
Carsploitation
Catastrophes / Post-nuke (post-apocalyptique)

 SCÉNARIO
 ♦ Scénaristes
 ♦ Prix Edgar Allan Poe
 ♦ Du roman à l'écran
 ♦ Remakes & reboots
 ♦ Adaptations de comics
 ♦ Biopics (films biographiques)
 ♦ Du petit au grand écran

 

 ♦ Chefs-opérateurs (directeurs photo)
 ♦ Chefs costumiers et chefs costumières
 ♦ Directeurs artistiques et chefs décorateurs
 ♦ Effets visuels 
 ♦ Affiches
 ♦ Génériques

 

 MUSIQUE
 ♦ Compositeurs (musique instrumentale originale)
 ♦ Musique classique & opéra
 ♦ Jazz & ragtime
 ♦ Chansons