26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 22:13

Essai de Sébastien Miguel, 2007, 135 pages, éditions Le Manuscrit.

Collaborateur des revues de cinéma Cadrage, Objectif Cinéma et Générique & Cinéma, Sébastien Miguel a animé avec Alexandre Tylski feu l'émission de radio Le Cercle des Cinéphiles sur Radio Mon Païs. Il est également l'auteur de "Figures du Nouvel Hollywood".

Quels sont ces dix films ? Des œuvres internationales conçues des années 1920 aux années 1970, plus ou moins connues des spectateurs de la première heure, mais hélas largement ignorées du grand public français contemporain, dont :
• "L'ultimatum des trois mercenaires" de Robert Aldrich
• "Le jour du fléau" de John Schlesinger
• "Electra glide in blue" de James William Guercio
• "The Offence" de Sidney Lumet

EXTRAIT DU LIVRE

« Tragédie de la solitude : "Electra glide in blue" de James William Guercio, 1973

La fascination qu'exerce l'industrie du cinéma des années 1970 a atteint ces dernières années une dimension incomparable. Livres dédiés à la période, biographies sur ses nababs mythiques (Bob Evans…), de ses cinéastes démiurges (Coppola, Cimino) et documentaires en tout genre. Terrain d'une extraordinaire richesse, d'autant plus stimulant que les temps sont bien révolus, les revues spécialisées ne cessent de chanter les exploits de ces hommes qui ont pu produire et tourner des films comme "L'Epouvantail" ou "Point limite zéro". Les dossiers se succèdent et, même si on ne peut jamais faire le tour complet des œuvres à découvrir, il est des films qui restent toujours et encore, hélas, oubliés.

C'est le cas d'"Electra glide in blue". Tourné en 1973 dans les décors grandioses de l'Arizona (Monument Valley), il s'agit de l'unique film de James William Guercio. Aux Etats-Unis, ce long-métrage a obtenu depuis une sorte de stature de film culte. Cela étant dit, il reste encore trop méconnu en France. James William Guercio (qui a produit, monté, collaboré au scénario et composé toute la musique de son film) est bel et bien encore un inconnu. Mais qui est James William Guercio ? Fils et petit-fils de projectionniste, James William Guercio passa toute son enfance dans l'enceinte du Royal Theater, une célèbre salle de cinéma du nord de Chicago où officiaient ses parents. Il avoue aujourd'hui avoir vu un nombre incalculable de fois "The Searchers" de John Ford et "L'homme tranquille" du même Ford. Bien qu'ayant été bercé dès sa plus tendre enfance par les films du vieil irlandais, il choisit la musique comme moyen d'expression artistique. Il compose très vite des chansons qui deviennent de véritables tubes comme le fameux Distant Shores. Il occupe par la suite un poste important au sein de Columbia Records. Il lancera quelques groupes phares des années 1970 comme Chicago ou The Buckinghams. Malgré ces succès, J.W. Guercio reste relativement méconnu du grand public. Au début des années 1970, David Picker, qui occupait alors le fauteuil de président de la compagnie United Artists, propose à Guercio de tourner, pour un budget très modeste, l'histoire de son choix. L'aspect purement indépendant de la production fascine instantanément J.W. Guercio. Il comprend qu'à cause (ou grâce) aux multiples contraintes de cette petite production, il pourra parfaitement exprimer ses plus profondes intentions. (...) »

Loading

 SÉLECTIONS DE FILMS DES ANNÉES 70
 ♦ Top 50 des années 70
 ♦ Top 100 des années 70
 ♦ Best of par genre des années 70
 ♦ Le top 10 des années 70 de Sébastien

 

 PISTES DE LECTURE
 ♦ Le cinéma des années Reagan, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Clinton, c'est quoi ?
 ♦ Le cinéma des années Bush, c'est quoi ?
 ♦ Ouvrages
 ♦ Conférences de Jean-Baptiste Thoret 
 ♦ Emissions de radios

 

 ♦ L'assassinat de JFK
 ♦ L'affaire du Watergate

 ♦ La guerre du Vietnam
 ♦ Autres interventions militaires dans le monde

 ♦ 246 years a slave
 ♦ He had a dream
 ♦ Across 110th Street
 ♦ Blaxploitation
 ♦ New Jack cinema
 ♦ Obama era

 ♦ L'Amérique sur le ring
 ♦ Blue collar
 ♦ Very bad trip
 ♦ On the road again
 ♦ Oh my gore!
 ♦ Hollywood selon Hollywood
 ♦ Mon Président, ce héros  
 ♦ La Grande Dépression des années 30
 ♦ Red scare

 

 Producteurs et productrices
 ♦ Monteurs et monteuses
 ♦ Maquilleurs

 

 ♦ Récompenses par année
 ♦ Fantastique et science-fiction

♦ La troisième image
Le coin du nanar
Villes américaines
Into the deep
Carsploitation
Catastrophes / Post-nuke (post-apocalyptique)

 SCÉNARIO
 ♦ Scénaristes
 ♦ Prix Edgar Allan Poe
 ♦ Du roman à l'écran
 ♦ Remakes & reboots
 ♦ Adaptations de comics
 ♦ Biopics (films biographiques)
 ♦ Du petit au grand écran

 

 ♦ Chefs-opérateurs (directeurs photo)
 ♦ Chefs costumiers et chefs costumières
 ♦ Directeurs artistiques et chefs décorateurs
 ♦ Effets visuels 
 ♦ Affiches
 ♦ Génériques

 

 MUSIQUE
 ♦ Compositeurs (musique instrumentale originale)
 ♦ Musique classique & opéra
 ♦ Jazz & ragtime
 ♦ Chansons